teck

Le teck : Un choix d’essence tropicale, venue d’Asie

Le printemps vient de pointer le bout de son nez et voilà que l’on pense déjà à passer de longues heures ensoleillées sur sa terrasse en teck. Eh oui, en teck ! Etant l’un des bois les plus connus au monde, il y a de grande chance pour que ce soit celui là que vous ayez choisi pour votre extérieur. Mais la célébrité de cette essence n’est pas dû au hasard. Le teck a des qualités rares parmi les bois. En effet, en plus d’être très durable, le teck est imputrescible (ne peut pas pourrir avec l’eau) ce qui permet de le retrouver pour la fabrication de ponts de bateaux, de cuves, de lames de terrasses, ou encore de meubles de jardin. Toutefois il convient également à des pièces en intérieur, avec des couleurs foncées style pont de bâteau ou plus colorées pour des inspirations asiatiques.

salle de bains en teck

En bref, tout le monde connaît le parquet mais peu connaisse l’essence. Voici donc quelques notions sur notre bois d’extérieur préféré.

Les origines du teck

Le Teck est un arbre tropical d’Asie. Deux classifications sont possibles, la première parmi la famille des Verbenaceae selon la classification classique, la seconde parmi la famille des Lamiaceae selon la classification phylogénétique (classification qui prend en compte des degrés de parenté entre les espèces). A l’origine son nom vient du malais Thekku, mais il est possible de retrouver cette essence sous différentes appellations en fonction du pays :

  • Allemagne : JAVA TEAK / TEAK
  • France : TECK
  • Inde : SAGWAN / TEAK
  • Indonésie : JATI / TEK
  • Italie : TECK
  • Laos : MAY SAK
  • Myanmar : KYUN
  • Pays Bas : TEAK
  • Royaume Uni TEAK
  • Thaïlande : MAY SAK / TEAK
  • Vietnam : GIATI

 Lorsque le terme Teck est évoqué, cela inclus 3 espèces portant ce nom :

  • Le Tectona grandis, qui provient du Laos, de la Malaisie, de l’Inde, et de Thaïlande. Il s’agit de l’espèce la plus commune, qui est aujourd’hui la plus cultivée dans les zones tropicales et sub-tropicales.
  • Le Tectona hamiltoniana, qu’il n’est possible de trouver qu’en Birmanie. Cet arbre est le plus menacé des 3 espèces car considéré comme le meilleur et donc beaucoup plus exploité.
  • Le Tectona philippinensis, que l’on ne trouve qu’aux Philippines a également été victime de son succès ce qui en fait une espèce menacée.

Le teck grandit dans les forêts de mousson d’Inde, du Laos, du Myanmar (anciennement la Birmanie) et du nord de la Thaïlande.

D’autres pays ont tenté d’introduire cette essence avec un succès mitigé. Java a ainsi introduit le teck avec succès au 10e siècle. La présence du teck a été renforcé au début du 19e siècle par la création de peuplements purs. Le bois asiatique y est commercialisé sous le nom de djati.
Au début du 20e siècle, on a également procédé à la plantation de l’arbre en Afrique et en Amérique centrale et du Sud. Mais le sol et le climat de ses pays sont moins favorables au bon développement de ce dernier.